Etre préservé de tout mal


La
Segoula de Rabbi Chimchon d'Ostropoli

(A faire la veille de Pessa'h)

Segoula de Pessah 

 

Rabbi Chimchon ben Pessah de Ostropoli est né et mort à Polnoé en Pologne (aujourd'hui Russie) en 1648

Il était le petit-fils de Rabbi Chimchone ben Betzalel, rabbin de Kremenitz, frère du Maharal de Prague. On sait très peu de choses sur sa vie personnelle, mais on pense qu'il est né aux environs de 1600. Durant sa courte vie, il acquiert une grande renommée et il est considéré, de son vivant, comme une figure légendaire.

Grand kabbaliste, maître hassidique, il est considéré comme un saint homme, et des secrets de la Tora lui sont révélés par rouahha-kodeche (divine inspiration). Il mentionne lui-même que des secrets de la Tora lui ont été révélés dans des rêves par des grands de la Tora décédés.

Il connaît une fin tragique de martyr à Polnoé avec dix mille Juifs de sa communauté le 3 Av 5408 (1648), tués par une meute de Cosaques dans leur synagogue

Rabbi Moché 'Hayim Luzzatto, l'auteur du Messilath Yecharim rapporte (dans Dérekh Etz 'Hayim) que Rabbi Chimchon d'Ostropoli a conjuré le Satan de lui dire pourquoi il s'en prenait tant au peuple juif, plus qu'à toutes les autres nations.

Le Satan lui a alors suggéré d'annuler trois pratiques, auquel cas il cesserait de les combattre : le Chabbath, la circoncision et l'étude de la Tora. Le rav en question lui a répondu que quel que soit le nombre de membres de notre peuple qui disparaissent de ce fait, il est hors de question de supprimer une seule lettre de la Tora !

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans la Torah, D. dit a Avram "J'agrandirai ton nom". Rashi explique cela fait référence à la prière (la amida) dans laquelle on dit " D. de Yaaqov ". Mais quel est le rapport entre le verset et le commentaire de Rashi ? La Torah, nous parle d'Avraham, Rashi nous parle du D. de Yaaqov !

 

Rabbi Chimchon de Ostropoli nous éclaire ce sujet.

En fait, si l'on compte de le nombre de lettres (en hébreu) de nos pères Avraham, Yts'haq et Yaaqov, l'on trouve 13= la valeur numérique du mot E'had = un.

L'on trouve 13 aussi, lorsque l'on compte le nombre de lettres de nos mères Sarah, Rivka, Ra'hel et Léa.

En sommant, l'on trouve 26, la valeur numérique du nom de D. C'est par nos patriarches et leurs épouses que l'unité de D. s'est répandue dans le monde.


Et, le compte est bon parce qu'une lettre a été ajoutée à Avraham. D. a agrandi son nom, il est passé de Avram à Avraham. Et, c'est la raison pour laquelle nous trouvons dans la Guemara (Bera'hot 13a) que celui qui appelle Avraham par son ancien nom enfreint un commandement positif de la Torah.

 

Rabbi Chimchon a écrit une igeret - une lettre qui est une grande segoula pour ceux qui la lisent.

D'après la tradition celui qui la lira la veille de Pessa'h, sera préservé de tout mal pendant l'année.

 

La igeret se trouve dans la plupart des mah'zorim de Pessah

 

Segoula de pessah

Segoula de pessah

Segoula de pessah

Segoula de pessah